Lettre ouverte aux Déodatiens, les praticiens hospitaliers vous écrivent.

Lettre ouverte aux Déodatiens, les praticiens hospitaliers vous écrivent.

Les médecins de l’hôpital vous écrivent, nous écrivent afin d’attirer votre attention sur la situation de notre hôpital. Vous trouverez en cliquant ici la lettre adressée à la presse locale.

Les médecins décident de rejoindre notre association pour engager la lutte ensemble. Ils ne sont pas les seuls, en effet, conscients d’une situation délicate, les trois syndicats hospitaliers, Acteurs Santé CFE-CGC, la CFDT et la CGT constitués en Inter-syndicale adhérent également à l’APSHD

Certains élus informés s’intéressent à notre association. Nous les attendons avec impatience.

Et vous, les habitants du secteur, vous êtes déjà nombreux, en quelques jours à nous avoir écrit, à vous être abonnés à notre newletter, à avoir « Aimer » notre page Facebook ( 250) et les adhésions s’enchainent significativement. Merci.

Mobilisons nous, mobilisez vous autour de nous, avec nous pour défendre un hôpital de proximité, bref notre hôpital. Adhérer

3 réactions au sujet de « Lettre ouverte aux Déodatiens, les praticiens hospitaliers vous écrivent. »

  1. Bonjour,
    Je fréquente régulièrement cet hôpital et comme tout le monde, nous avons besoin d’un grand hôpital à proximité. Il suffit de voir la fréquentation importante de cet établissement. Pensez plutôt à remplacer les médecins sortant, à mettre des radiologues et autres afin d’avoir à appeler les services extérieures avec des honoraires qui feraient venir les meilleurs dans leurs compétences et naturellement les patients.
    Bonne soirée Christian DE. ANGELI

  2. J’y travaille dans cette hôpital..sa devient triste de travailler surtout que l’on nous dit rien de ce qui il ce passe toujours prévenue en dernier..mais pour nous prendre pour des pions aller de droite à gauche charges de travaille énorme.. que ce soit infirmières aide soignantes et aussi Ash on en parle très peu a qui l’on a supprimé leurs RTT.. depuis plusieurs années..et quells doivent s’occuper de 3 services à la fois par jours.avec moin d’effectifs la aussi ya un gros problème ce n’est pas que des médecins qu’ils faut remplacer..

  3. C’est dans le besoin que nous pleurerons le fait de ne plus avoir notre hôpital… Alors avant de le pleurer, il faut le soutenir et le sauver, aussi minime soit notre action, battons nous et pensons au personnel médical, soignant et autres de cet établissement, ils se battent certes pour eux mais aussi pour nous tous, alors aidons les 😉😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *