Archives de
Catégorie : Presse

Une photo plutôt qu’une manif – Objectif 300 000 vues

Une photo plutôt qu’une manif – Objectif 300 000 vues

Ce jour à 14H00, nous avons réalisé sur les deux pages Facebook d’Acteurs santé et de l’APSHD le décompte provisoire du nombre de vues de vos photos de notre opération.

Nous totalisons sur les plus de 150 photos diffusées le nombre impressionnant de plus de 295.000 vues.

Encore un petit coup de collier en nous adressant les dernières photos et en partageant celles en ligne pour atteindre les 300.000 vues.

Ce matin une équipe de France 3 était dans nos murs pour un reportage sur notre action originale. Vous pourrez visionner le reportage ce soir dans le 19/20 de France 3 Lorraine.

Mairie de Saint-Dié : où est passée la condition humaine ?

Mairie de Saint-Dié : où est passée la condition humaine ?

Le nouveau conseil municipal de Saint-Dié-des -Vosges, ville d’implantation de l’hôpital de la Déodatie est installé depuis quelques jours. Sa composition nous laisse interrogatifs

Plus d’adjoint aux affaires sociales, plus de conseiller délégué à la santé mais un conseiller délégué à la cause animale !!!!!

La noble cause animale est-elle plus importante que la cause humaine ?

Nous ne doutons pas un instant que l’édile déodatien nous démontrera que ce n’est bien entendu pas le cas. En effet, dans son dernier tract de campagne, il annonçait que la santé et l’hôpital étaient ses priorité !

Nous en profitons pour rappeler à nos 600 adhérents et sympathisants que nous sommes la plus grosse association de Saint-Dié et que malgré nos courriers au maire, nous ne sommes toujours pas reconnus.

Responsable et Coupable

Responsable et Coupable

Vous trouverez ci-joint l’adresse publique à la Ministre de la Santé dans laquelle le conseil d’administration de la Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité dénonce l’immobilisme coupable du gouvernement.

 » Madame la Ministre,

Les réformes qui se sont succédées depuis plus de trente ans, qu’il s’agisse de l’hôpital ou de la protection sociale, ne répondent qu’à un double objectif financier : diminuer les dépenses publiques et faire la part belle au privé.

Vous êtes responsable de cautionner ces politiques, de n’avoir par aucun moyen vraiment tenté d’y remédier, avec le constat actuel :

Des bébés qui naissent sur le bord des routes, dans des voitures ou dans le camion des pompiers, des services de cancérologie, d’urgences, de gériatrie qui ferment temporairement ou définitivement faute de personnels, des services de réanimation néonatales obligés de mettre des bébés sur la route, au péril de leur vie, des 1 200 chefs de service qui démissionnent de leurs fonctions administratives, des personnels épuisés qui s’arrêtent ou qui se suicident, des 9,7% de patients sans médecin traitant, des délais de 6 mois à un an pour des examens ou des consultations de spécialistes.

Cette situation s’apparente à celle d’un pays en voie de développement et pourtant, c’est celle de la France, pays moderne, doté de technologies de pointe, notamment dans le domaine de la santé, mais où les moyens humains et financiers ont été réduits à l’extrême.

Vous êtes coupable car, avec la loi « ma santé 2022 » et les coupes sombres dans le budget de la Sécurité Sociale, vous aggravez encore la situation : prime aux services d’urgence qui réorienteront des patients, regroupements poussés à l’extrême, réduisant les soins de proximité à peau de chagrin, nouvelles fermetures de lits et suppressions de postes, obligeant les patients qui en ont les moyens à s’orienter vers le privé.

Vous êtes coupable de ne pas favoriser la création de centres de santé, moyens privilégiés pour répondre aux souhaits des jeunes médecins et répondre aux besoins des populations

Vous êtes coupable de cautionner le diktat inadmissible des laboratoires pharmaceutiques

Vous êtes coupable de ne pas avoir mis fin aux dépassements d’honoraires, à la liberté d’installation.

Vous êtes coupable de la dégradation de l’état de santé des personnes qui renoncent à se soigner, faute de moyens et/ou de proximité

Vous serez responsable des accidents ou décès résultant de votre politique austéritaire.

Pour cela, nous vous accusons de négligence délibérée mettant en danger la vie des citoyennes et citoyens de votre pays. « 

Participation à la table ronde

Participation à la table ronde

Le 14 novembre 2019 à 20H00, le syndicat majoritaire à l’hôpital Saint-Charles « Acteurs Santé CFE-CGC » organisait une table ronde dans le cadre de la journée de mobilisation nationale pour la défense de l’hôpital public.

Une quinzaine de membres de notre association étaient présents à cette réunion constructive qui devrait en compter d’autres.

Seuls deux élus étaient étaient présents, nous les en remercions chaleureusement. Les échanges ont été nombreux, des témoignages de médecins, pharmaciens et soignants ont éclairé l’assistance sur le malaise de l’hôpital public.

Une raison supplémentaire de protéger notre hôpital

Une raison supplémentaire de protéger notre hôpital

Nous ne pensions pas que France 2 et son magazine « Complément d’enquête » nous donnerait une nouvelle raison de nous mobiliser pour la Défense de notre hôpital.

C’est chose faite, dans ce reportage à voir et à revoir , un bilan épouvantable est dressé de l’état des hôpitaux français en mettant en exergue le CHU de Nice et certains établissements de l’APHP.

Loin des tribunes et des discours politiques, « Complément d’enquête » s’est plongé pendant six mois dans le quotidien des soignants. Fait rare, des médecins, des chefs de service, des infirmiers ont accepté de raconter de l’intérieur les dérives de l’hôpital. Voilà des années qu’on leur demande de taire ces patients entassés, ces opérations annulées faute de médecins, ces blocs opératoires mal nettoyés, ces instruments qui manquent en pleine intervention.

En l’espace de vingt ans, la France a dégringolé dans les classements internationaux concernant l’accès aux soins et leur qualité. Manque de bras, de matériel, problèmes d’hygiène, de place : « Complément d’enquête » vous emmène dans les coulisses des hôpitaux français.

C’est bien là que nous trouvons cette nouvelle raison de défendre Saint-Charles. En effet, quand on connaît notre établissement hospitalier local, il est facile d’être convaincu que nous avons un véritable diamant pour s’occuper localement de notre santé.

Même si tout n’est pas parfait..

A Saint-Dié, outre une infrastructure immobilière d’une grande qualité, il est facile d’affirmer que nous ne vivons ni de près ni de loin les horreurs que connaissent d’autres établissements de soins.

Nos blocs opératoires conservent le week-end le même niveau d’asepsie, les soins continus sont installés dans les meilleurs conditions, les reports d’intervention sont rares et justifiés. On se s’entasse pas dans les couloirs sur des brancards en attente d’un lit……

Notre petit centre hospitalier peut d’enorgueillir d’être à un excellent niveau, nous disposons d’une offre de soins correcte, d’une infrastructure de qualité alors….

Tout cela peut être mis en danger par des coupes drastiques dans la masse salariale réduisant de facto la qualité des soins. La démographie médicale et para-médicale sont sous tension, on nous prive d’un effectif d’internes suffisant, on a entendu parler de fermeture de lits, de service…..

Alors restons mobilisé pour soutenir et aider activement toutes celles et ceux, qui se battent pour la conservation d’un niveau de soins de qualité sur notre arrondissement.

MOBILISONS NOUS